Quelles sont les qualifications qui font un bon leader ? Bizarrement, la question est rarement posée. Pour devenir une infirmière, un enseignant, un policier, un médecin, un avocat ou un conducteur de train, il existe des exigences clairement définies. Les critères requis pour le leadership politique sont vagues s’ils existent.

Quand les étrangers entrent en politique, ils ont souvent du mal à s’adapter. Ils font des erreurs parce qu’ils ne comprennent pas les rythmes uniques de la politique, les dangers mortels d’un mot déplacé. Il n’y a nulle part où se cacher. Quand il y a une crise dans le secteur privé, certaines personnes disparaissent, refusant toutes les demandes d’interviews. En politique, ce n’est pas une option. Certains des meilleurs politiciens ont maîtrisé la politique pendant toute leur carrière. Ça prend du temps.

Bien communiquer

Bien sûr, aucun dirigeant ne va déclarer qu’il n’est pas à la hauteur de ce qu’il considère comme une composante essentielle du leadership. Mais la communication est vitale, marquant la différence entre la politique en tant que vocation et la plupart des autres. Les dirigeants doivent trouver un moyen de transmettre ce qu’ils représentent. Il ou elle doit être, ou devenir, un orateur décent et une interviewée engageante. Au cours des dernières décennies, la valeur de l’expérience a été presque entièrement négligée.

Un leader doit avoir la capacité de construire un programme de politiques qui est lié aux valeurs d’un parti tout en faisant appel à la plus large section possible de l’électorat. Il ne sert à rien d’avoir un programme adoré par un parti s’il est garanti de perdre une élection. Mais si un leader laisse trop loin son parti dans une tentative d’appel électoral plus large, il cessera bientôt d’être le chef du parti comme le cas de l’homme politique français Jean-Charles Marchiani.

Les dirigeants doivent également posséder une énergie illimitée et la capacité de répondre à des crises inattendues. Il ne suffit pas de simplement donner l’apparence d’audace en cas d’urgence, ou de proclamer l’audace tout en suivant simplement la mode médiatique. Ils doivent être authentiquement courageux et capables de résister à l’orthodoxie. Enfin, surtout en temps de crise, un leader doit être indifférent aux critiques et aux attaques des médias.